ISBN 978-2-88351-079-1
240 Seiten
2018
Format

In den Warenkorb

SFr. 32.00 / € 29.00

Ce qu’enfermer des jeunes veut dire : Enquête dans un centre éducatif fermé

Arnaud Frauenfelder, Eva Nada, Géraldine Bugnon

Cet ouvrage revisite la « question carcérale » en décortiquant ses enjeux contemporains. En Suisse comme en Europe, la délinquance juvénile attise les sensibilités publiques et nourrit les discours sécuritaires. Parallèlement, les mineur e s sont progressivement reconnus comme des sujets de droit, dont il faut protéger l’intégrité physique et morale. Ce contexte politique et moral contraint les institutions d’enfermement à garantir plus de « dignité » dans la vie quotidienne des jeunes (réduction des temps d’encellulement, prise en charge pluridisciplinaire), tout en imposant davantage de « fermeté » (renforcement des aménagements sécuritaires,
sanctions disciplinaires).
Les auteur e s explorent cette ambivalence à partir d’une enquête de terrain réalisée dans un centre éducatif fermé de Suisse romande. Comment les acteurs professionnels s’approprient-ils leur espace de travail ? Quelle raison d’être confèrentils à leur mission professionnelle ? L’ouvrage analyse les rivalités de territoires, met en évidence la diversité des conceptions éducatives et les différents rapports de l’institution à l’environnement extérieur. Il s’attache ainsi à saisir les formes de recomposition de l’économie morale de l’enfermement des jeunes. Cette analyse sociologique de la justice pénale des mineur e s « par le bas » souligne combien les pratiques de l’État, dans cet univers particulier, s’expriment d’abord par le travail de ses agents.

Autoren/Herausgeber

Arnaud Frauenfelder, sociologue, est professeur ordinaire à la Haute école de travail social, HETS (HES-SO/Genève) et responsable du Centre de recherche sociale (CERES).

Eva Nada, doctorante en sociologie, est adjointe scientifique à la Haute école de travail social, HETS (HES-SO/Genève) et chercheuse associée à l’Institut de sociologie (UNINE).

Géraldine Bugnon, docteure en sociologie, est adjointe scientifique à la Haute école de travail social, HETS (HES-SO/Genève), chercheuse associée au Centre romand de recherche en criminologie (UNINE) et à l’Institut de recherches sociologiques (UNIGE).