ISBN 978-2-88351-014-2
525 Seiten
1997
Format 15.5 x 22.5 cm
Broschiert

In den Warenkorb

SFr. 73.00 / € 48.70

La pyramide symphonique

exécuter, créer ? une sociologie des instrumentistes d'orchestre

Alfred Willener

L’instrumentiste en orchestre symphonique ne peut éviter de se référer aux compositeurs, aux chefs, et aux grands solistes, constamment sous les feux de la rampe et de l’attention publique. Nous parlons d’eux, en vue de situer les instrumentistes.

Les instrumentistes ne seraient-ils que des exécutants, ou selon une expression déplacée «des fonctionnaires» ? Ayant rencontré et souvent observé des musiciens d’orchestre aux pupitres solo et en tutti nous nous efforçons, dans la première partie de cette recherche, à décrire et analyser leur apport créatif – en quoi ils sont une force productive dans la musique (et en mesure de l’être davantage).

Dans la seconde partie de cette étude nous abordons diverses facettes de la dure réalité actuelle, en quoi ces musiciens sont ligotés par les programmateurs, les chefs, par le marché.
– Quels trajets des musiciens des diverses familles d’instruments ont-ils parcourus, depuis leurs années de formation, à travers les auditions et concours, jusqu’au travail en orchestre ?
– Qu’en est-il de leur professionnalisation ?
– Quel est l’accès des femmes à ce métier ?

L’intérêt sociologique de la musique ‘classique’ ne se définit pas par de glorieux chiffres d’audimat. Il se cache dans le paradoxe de subsides lourds et de taux de réception légers (à considérer la population globale). La sociologie de la musique tente d’éclairer le rapport musique société. Celui-ci ne peut être observé directement, mais «le diable se cache dans le détail». C’est la clé d’une méthode qualitative et critique. En étudiant la musique à travers ses pratiques on rencontre plus que la musique.

Autoren/Herausgeber

Né en 1928, à Lenzburg, Alfred Willener a été chercheur à Paris (1957–70), en sociologue du travail et de mouvements sociaux; il a enseigné la sociologie de la culture, des médias, et du travail comme professeur à l’Université de Lausanne (1970–91).